Rendez-vous multi annuel, à Strasbourg et à Colmar : Cinéma et architecture, des disciplines qui se répondent. 

LES MERCREDIS DE L’ARCHITECTURE

À Strasbourg:

Cinéma Odyssée

3, rue des Francs-Bourgeois
03 88 75 10 47
http://www.cinemaodyssee.com

À Mulhouse:

Cinéma Bel Air

31, rue Fénélon
+33 (0)3 89 44 84 84
www.cinebelair.org

Lancement de la saison 2017/18 à Strasbourg
Mercredi 18/10/2016
20h00

Lullaby to My Father

Amos Gitaï, France, Suisse, Israèl , 2013, 90’

Le documentaire entrelace événements historiques et souvenirs intimes. Il observe la façon dont l’architecture représente les transformations de la société et les hommes qui donnent forme à cette architecture. Nous suivons le parcours de Munio né en 1909 en Pologne. Qui, à 18 ans, part à Berlin et à Dessau pour rencontrer Walter Gropius, Kandinsky et Paul Klee au Bauhaus.

Lancement de la saison 2017/18 à Mulhouse
Mercredi 18/10/2017
20h00

Esquisses de Frank Gehry

Sydney Pollack, 2006, Etats-Unis, 83’

Ce film retrace la carrière de l’architecte Frank Gehry en l’interrogeant lui et ses collaborateurs. Parmi les œuvres majeures de cet artiste figurent notamment le Musée Guggenheim à Bilbao ou encore le Walt Disney Concert Hall à Los Angeles. Durant le film, on perçoit la relation amicale liant le réalisateur et l’architecte, ce qui permet une profondeur et une analyse plus intime.

Mercredi 22 novembre

L’homme à la caméra

Dziga Vertov, Russie, 1998, 68′

La petite ville d’Odessa s’éveille. Un jour comme les autres s’annonce. « L’homme à la caméra » sillonne la ville, son appareil à l’épaule. Il en saisit le rythme et, à travers lui, celui des vies qu’il croise. Sans parole ni sous-titre, sans acteur ni décor, le film est d’une grande richesse formelle et le montage y joue un rôle central. Film fondateur du Kino-Glaz (ciné-oeil), L’Homme à la caméra est un manifeste.

Mercredi 8 novembre

Souviens-toi d’Acapulco

Ludovic Bonleux, France-Méxique, 2013, 82′

Une diva envoûtante, incarnation d’Acapulco, se souvient de quand elle était LA star du cinéma mexicain. Pendant ce temps, Marco, Javier, Félix, Alfonso et Yolanda se préparent pour la Semaine Sainte, période durant laquelle la ville renaît, retrouvant pour quelques jours sa grandeur passée. Chacun, à sa façon, cherche à survivre dans ce décor paradisiaque qui, de jour en jour, s’apparente plus à un enfer.

Mercredi 13 décembre

The World

Jia Zhang Ke, Japon-Chine, 2005, 143′

A World Park, parc miniature réunissant les monuments les plus célèbres du monde entier, dans lequel travaille Tao. Chaque jour, elle chante et danse devant le public. Son ami, Taisheng, est l’un des gardes du parc à thème. Mais leur relation est compromise : Taisheng est attiré par Qun, une jeune styliste…

Mercredi 13 décembre

Naturopolis : Paris

Isabelle Cottenceau, France, 2013, 52′

Ouvrir de nouveaux chemins à la biodiversité est l’un des enjeux principaux de la ville de Paris. C’est un mouvement vert à petits pas, un élan vivant, chaleureux et responsable insufflé par des habitants mais aussi des bâtisseurs, des penseurs, des scientifiques. Traumatisée par la canicule de 2003, Paris s’est mise au vert tous azimuts !

Mercredi 17 janvier

Dheepan

Jacques Audiard, France, 2015, 115′

Fuyant la guerre civile au Sri Lanka, un ancien soldat, une jeune femme et une petite fille se font passer pour une famille. Réfugiés en France dans une cité sensible, se connaissant à peine, ils tentent de se construire un foyer.

Mercredi 10 janvier

Retour à Forbach

Régis Sauder, France, 2017, 78′

Régis Sauder revient dans le pavillon de son enfance à Forbach. Il y a 30 ans, il a fui cette vie pour se construire loin de la violence et de la honte que lui inspire son milieu. Comment vivent ceux qui sont finalement restés ?

Mercredi 14 février

Rengaine

Rachid Djaïdani, France, 2012, 75′

Paris, aujourd’hui. Dorcy, jeune Noir chrétien, veut épouser Sabrina, une jeune Maghrébine. Cela serait si simple si Sabrina n’avait pas quarante frères et que ce mariage plein d’insouciance ne venait cristalliser un tabou encore bien ancré dans les mentalités de ces deux communautés : pas de mariage entre Noirs et Arabes. Slimane va s’opposer par tous les moyens à cette union…

Mercredi 7 février

Je vous écris du Havre

Françoise Pouline-Jacob, France, 2011, 52′

Au Havre, un « je ne sais quoi » n’a pas vieilli, ne s’est pas dénaturé, s’est figé dans le temps. Est-ce la jeunesse de cette ville, fleuron de la Reconstruction et des Trente Glorieuses ? Est-ce le génie parfois contesté d’Auguste Perret qui a voulu construire la « Ville Idéale » ? Ce film est une invitation au(x) voyage(s) dans le temps, dans la ville, dans l’enfance.

Mercredi 14 mars

Ascenseur pour l’échafaud

Louis Malle, France, 1958, 88′

Un homme assassine son patron avec l’aide de sa femme dont il est l’amant. Voulant supprimer un indice compromettant, il se retrouve bloqué dans l’ascenseur qui l’emporte sur les lieux du crime.

Mercredi 14 mars

Les Böhms – architecture d’une famille

Maurizius Staerkle-Drux, Allemagne, 2014, 84′

Gottfried Böhm, âgé de 94 ans et lauréat du prix Pritzker, est l’un des architectes allemands les plus importants. Il a appris le métier avec son père et ses trois fils sont aussi devenus architectes.

Mercredi 18 avril

Vacances Romaines

Peter Wyler, Etats-Uni, 2016, 119′

Princesse soumise à un étouffant protocole, Ann n’a pas une minute de liberté. En déplacement à Rome, elle fait la rencontre du journaliste Joe Bradley qui la reçoit chez lui sans connaître son statut. Sous le charme du jeune homme, Ann profite enfin d’un moment d’évasion avant que sa condition ne la rattrape.

Mercredi 11 avril

Urbaine utopie

Frédéric Touchard, France, 2016, 52′

Au bord de la mer du Nord, la ville de Grande-Synthe, née suite à l’implantation d’industries lourdes en littoral, n’a cessé de se réinventer en expérimentant les modèles successifs d’urbanisme et d’architecture. Mixité sociale, éco-quartier, les grands noms de l’architecture en font leur terrain de jeu !

House for Zaha Hadid

Architektor92 Veron, 2016, 7′

Mercredi 16 mai

The Grand Budapest Hotel

Wes Anderson, Grand Bretagne, 2014, 100′

En délicieux labyrinthe architectural, le Grand Budapest Hotel nous propose de s’immerger dans une course-poursuite à la fois burlesque, pétillante et esthétisante. On y retrouve ces personnages un peu marginaux et décalés qui, au détour de leur aventure, nous embarquent et nous étourdissent !

Mercredi 16 mai

L’homme d’à côté

Gaston Duprat, Argentine, 2011, 110′

Leonardo fait partie des designers en vogue de son pays. Signe évident de sa réussite, il vit avec son épouse Ana et sa fille Lola dans la maison Curutchet, seule maison construite par Le Corbusier en Argentine. Un matin, il est réveillé par un bruit obsédant, comme si on perçait un mur …

Mercredi 13 juin

Patients

Grand Corps Malade, France, 2017, 112′

Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens…. Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l’histoire d’une renaissance, d’un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

Mercredi 10 octobre

Die Architekten

Peter Kahane, Allemagne, 1990, 100′

Dans l’Allemagne de l’Est de la fin des années 1980, l’architecte Daniel Brenner se voit enfin confier un projet d’envergure. Il construit un entre culturel dans la banlieue de Berlin. Mais c’est la désillusion quand l’administration l’empêche de mener à bien ses projets. Il se bat alors pour travailler plus librement face à un État qui impose la monotonie dans tous les domaines.

Mercredi 24 octobre

Les Poupées Russes

Cédric Klapisch, France, 2004, 217′

Xavier a 30 ans. Il a réalisé son rêve d’enfance, il est devenu écrivain, mais il semble quand même un peu perdu. Il a quelques problèmes avec sa banquière. Il a également des réticences à se fixer avec une fille et enchaîne les aventures amoureuses avec inconséquence. Xavier est contraint de continuer son travail à Londres, puis à Saint-Pétersbourg. Ces nouveaux voyages lui permettront peut-être de réconcilier le travail, l’amour et l’écriture.